Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CACENDR

Crée en 1999, CACENDR est une association qui milite contre le projet d'enfouissement des déchets radioactifs à Bure en Meuse.

Rechercher

Newsletter

Pour recevoir des newsletter, veuillez écrire sur cacendr-request@lists.riseup.net

Archives

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 12:20

à été fixée au samedi 31 janvier 2015  à 14h

au CCAN à l'adresse 69 rue Mon Désert, Nancy.

 

L'ordre du jour :

  • Rapport morale, (D'joe ) 10 mn
  • Rapport d'activités 2014,10 mn
  • Présentation des comptes, ( Koko ) 10 mn
  • Perspectives, projets 2015, partenariat avec CCAN, siège social, statuts,
  • Questions diverses, Vote des personnes présentes et mandatés,
  • Adhésion pour 2015 et selon nos statuts : votes nouveau bureau, ...
  • Annexe, membres de la collégiale 2015.

 

Comptant sur votre présence, merci de réserver un peu de votre temps pour cette date importante.

 

cacendr_ag2015.jpg

Repost 0
Published by CACENDR - dans Informations
commenter cet article
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 00:00

droit-de-l-homme.jpg

Repost 0
Published by koko - dans Informations
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 11:22

Week end de la Toussaint 1er et 2 novembre : bricolage et rénovation à la maison

Du 8 au 11 novembre : Stage clown à la maison de la Résistance 

Soirée du vendredi 28 novembre à 20h30 : Projection "Le riche laboureur", documentaire traitant de l'implantation du projet CIGEO en Meuse, suivi d'un échange avec le réalisateur Thiebault MATTHAUS et Stéphanie RAMILLIEN co présidente BZL, avec le soutien de SDN Sud Ardèche : Au cinéma des Vans "Espace Vivans" (Ardèche Méridionale). Tarif 5 euros, renseignements au 04 75 37 38 58

 

BURE ZONE LIBRE
2 rue de l'église 55290 BURE
tél. 03 29 45 41 77
e-mail. leherissonvengeur@gmail.com

http://burezoneblog.over-blog.com/

 

Repost 0
Published by CACENDR - dans Informations
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 13:36

Des convois de combustible atomique remplis d'hexafluorure d'uranium (UF6) traversent fréquemment la France vers l'Allemagne par chemin de fer.

et depuis quelques mois par camoins , stationnement à VOID VACON ,  en  MEUSE proche de la RN4 .


arrivéee en fin de journée ( 16h/ 18h , et départ le lendemain au matin )

Le trajet: Pierrelatte, Montélimar, Valence, Vienne, Lyon, Mâcon, Tournus, Chalons-sur-Saône, Dijon, Chalindrey (grosse gare de triage donc important), Neufchâteau, Toul, Frouard, Metz, Thionville, Pearl Appach (frontière), Trèves, Cologne, Gronau (proche des Pays-Bas).

(Cliquez sur les photos pour les agrandir.)


Mais aussi d'autres transports...

Brèves explications sur l'UF6 :
L'hexafluorure d'uranium (UF6) se présente à température ambiante sous forme solide (cristaux incolores) et se liquéfie à 65°C sous une pression de 1,5 bar.

Il se volatilise s'il n'est plus sous pression en atmosphère humide ou en présence d'eau et se transforme en fluorure d'uranyle (UO2F2) et en fluorure d'hydrogène (HF) et s'accompagne d'abondantes émissions de fumées opaques. Ces deux gaz sont très solubles et toxiques. Le fluorure d'hydrogène est un gaz irritant et suffocant.

Plus d'informations dans La France Nucléaire, matières et sites, de Harry Davis, publié par Wise Paris.

Repost 0
Published by (KOKO) - dans Informations
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 00:00

Complainte du chef indien Seattle , des plaines du nord ouest americain ; en réponse au president  de l'époque "  Grover Cleveland "( 1884) , qui proposait une réserve aux tribus indienne en echanges de tous leur territoires. plus qu'un plaidoyer pour la nature et le respect de chacun c'est un des derniers vestiges de l'humanité nos habitudes et notre société de consomation nous ont dépouillés du peu d'humanité-innée qui nous restait.                       

[...] Nous savons que l’homme blanc ne comprend pas nos mœurs. Une parcelle de terre ressemble pour lui à la suivante, car c’est un étranger qui arrive dans la nuit et prend à la terre ce dont il a besoin. La terre n’est pas son frère, mais son ennemi, et lorsqu’il l’a conquise, il va plus loin. Il abandonne la tombe de ses aïeux, et cela ne le tracasse pas. Il enlève la terre à ses enfants et cela ne le tracasse pas. La tombe de ses aïeux et le patrimoine de ses enfants tombent dans l’oubli. Il traite sa mère, la terre, et son frère, le ciel, comme des choses à acheter, piller, vendre comme les moutons ou les perles brillantes. Son appétit dévorera la terre et ne laissera derrière lui qu’un désert.

Il n’y a pas d’endroit paisible dans les villes de l’homme blanc. Pas d’endroit pour entendre les feuilles se dérouler au printemps, ou le froissement des ailes d’un insecte. Mais peut-être est-ce parce que je suis un sauvage et ne comprends pas. Le vacarme semble seulement insulter les oreilles. Et quel intérêt y a-t-il à vivre si l’homme ne peut entendre le cri solitaire de l’engoulevent ou les palabres des grenouilles autour d’un étang la nuit ? Je suis un homme rouge et ne comprends pas. L’Indien préfère le son doux du vent s’élançant au-dessus de la face d’un étang, et l’odeur du vent lui-même, lavé par la pluie de midi, ou parfumé par le pin pignon.

L’air est précieux à l’homme rouge, car toutes choses partagent le même souffle.

La bête, l’arbre, l’homme. Ils partagent tous le même souffle.

L’homme blanc ne semble pas remarquer l’air qu’il respire. Comme un homme qui met plusieurs jours à expirer, il est insensible à la puanteur. Mais si nous vous vendons notre terre, vous devez vous rappeler que l’air nous est précieux, que l’air partage son esprit avec tout ce qu’il fait vivre. Le vent qui a donné à notre grand-père son premier souffle a aussi reçu son dernier soupir. Et si nous vous vendons notre terre, vous devez la garder à part et la tenir pour sacrée, comme un endroit où même l’homme blanc peut aller goûter le vent adouci par les fleurs des prés. Nous considérerons donc votre offre d’acheter notre terre. Mais si nous décidons de l’accepter, j’y mettrai une condition : l’homme blanc devra traiter les bêtes de cette terre comme ses frères.

Je suis un sauvage et je ne connais pas d’autre façon de vivre.

J’ai vu un millier de bisons pourrissant sur la prairie, abandonnés par l’homme blanc qui les avait abattus d’un train qui passait. Je suis un sauvage et ne comprends pas comment le cheval de fer fumant peut être plus important que le bison que nous ne tuons que pour subsister.

Qu’est-ce que l’homme sans les bêtes ?. Si toutes les bêtes disparaissaient, l’homme mourrait d’une grande solitude de l’esprit. Car ce qui arrive aux bêtes, arrive bientôt à l’homme. Toutes choses se tiennent.

Vous devez apprendre à vos enfants que le sol qu’ils foulent est fait des cendres de nos aïeux. Pour qu’ils respectent la terre, dites à vos enfants qu’elle est enrichie par les vies de notre race. Enseignez à vos enfants ce que nous avons enseigné aux nôtres, que la terre est notre mère. Tout ce qui arrive à la terre, arrive aux fils de la terre. Si les hommes crachent sur le sol, ils crachent sur eux-mêmes.

Nous savons au moins ceci : la terre n’appartient pas à l’homme ; l’homme appartient à la terre. Cela, nous le savons. Toutes choses se tiennent comme le sang qui unit une même famille. Toutes choses se tiennent.

Tout ce qui arrive à la terre, arrive aux fils de la terre.

Ce n’est pas l’homme qui a tissé la trame de la vie : il en est seulement un fil. Tout ce qu’il fait à la trame, il le fait à lui-même.

Même l’homme blanc, dont le dieu se promène et parle avec lui comme deux amis ensemble, ne peut être dispensé de la destinée commune. Après tout, nous sommes peut-être frères. Nous verrons bien. Il y a une chose que nous savons, et que l’homme blanc découvrira peut-être un jour, c’est que notre dieu est le même dieu. Il se peut que vous pensiez maintenant le posséder comme vous voulez posséder notre terre, mais vous ne pouvez pas. Il est le dieu de l’homme, et sa pitié est égale pour l’homme rouge et le blanc. Cette terre lui est précieuse, et nuire à la terre, c’est accabler de mépris son créateur. Les Blancs aussi disparaîtront ; peut-être plus tôt que toutes les autres tribus. Contaminez votre lit, et vous suffoquerez une nuit dans vos propres détritus.

Mais en mourant vous brillerez avec éclat, ardents de la force du dieu qui vous a amenés jusqu’à cette terre et qui pour quelque dessein particulier vous a fait dominer cette terre et l’homme rouge. Cette destinée est un mystère pour nous, car nous ne comprenons pas lorsque les bisons sont tous massacrés, les chevaux sauvages domptés, les coins secrets de la forêt chargés du fumet de beaucoup d’hommes, et la vue des collines en pleines fleurs ternie par des fils qui parlent.

Où est le hallier ? Disparu. Où est l’aigle ? Disparu.

La fin de la vie, le début de la survivance.

Chef Seattle, 1854

 

Repost 0
Published by koko - dans Informations
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 00:00

 

Bonjour François.

Tu permets qu 'on t'appelle François ?

Autant être un peu familier, car on va avoir de nombreux échanges les prochains temps.
Présentation : Bure Zone Libre, association.
Adresse: Bure, en cas de visite, tu ne pourras pas nous rater.
Raison sociale: empêcher l' enfouissement de déchets nucléaires et la perpétuation de cette industrie.
Cela revient aussi à empêcher de perpétuer des partis ou groupes politiques comme les tiens.
Il n 'y a pas de raison particulière qu'on en veuille à toi plus qu'à l'autre d'avant.

Tu n'es jamais que le nouveau commissionnaire d'Areva, et après tout cela fera de quoi remplir ton mandat.

Cela dit, un conseil à tout hasard.

Ne t'avise pas de faire brûler la Maison de Bure comme ton oncle a coulé le Rainbow Warrior...
Notre petit train train c'est de surveiller ce qui se passe ici, de voir comment les plus actifs relais de l'Etat se démènent pour récuperer les terres agricoles nécéssaires à l'enfouissemment. Par exemple la SAFER qui démarche avec insistance les agriculteurs au porte à porte ou au téléphone et se fait rétribuer le service par l'Andra.

Il faut des témoins pour ça.

Et ici tu sais, il y a des situations où tout ce qui a des yeux est gênant.Notre quotidien c'est aussi d'organiser des conférences pour informer le public des risques que les projets de l'Etat font courir (dans des salles qui se remplissent de plus en plus), d'organiser des manifestations, des rencontres, de créer des liens entre ceux qui s'opposent à ta politique industrielle.
Notre quotidien, c'est de fabriquer un lieu où puissent s'organiser les résistants à ta politique.
Comme tu le vois, nous ne sommes pas le genre de personnes qui appellent à voter à Gauche.
Et pour ce qui est du changement, tu as effectivemment des lunettes, mais ça ne modifie en rien nos affaires.
Pour préciser nos griefs, il faut comprendre que nous souhaitons conserver l'espace encore non stérilisé sur terre pour y voir des plantes, des animaux, y habiter, y tirer notre subsistance et un peu de plaisir à vivre sur la planete.
On aime bien aussi avoir des relations sociales honnêtes et c'est pour ça qu'avec toi ça collera pas.
Plus de grillage, de béton, de centres de production d'electricité, de décharges, de routes, d'antennes...
Des objets on en a déja plein; ce qu'on veut c'est profiter un  peu aussi de ce qui n'est pas humain sur terre ; le paysage, le climat, les autres êtres vivants, .....ces choses là.

Tu l'as peut être compris, chaque fois que tu tenteras un appel du pied envers une fraction du mouvement antinucléaire, nous saurons que tu nous fais cadeau de couvertures hébergeant la variole.
Tu as déjà les Verts pour dire oui à tout, alors que tu fermes Fessenheim avant ou après qu'elle saute ne changera pas ce qu'on pense de toi.

Nous espérons que ce quinquennat sera un échec pour toi et les industries que tu défends.
Tes flics te l'ont surement déja dit, mais nous sommes de plus en plus proches de nos compagnons d'infortune du Cotentin-Maine ou de Notre Dame des Landes.
Ce n'est pas franchemment un hasard, on nous a mis dans le même sandwich.
On fera ce qu'on peut pour que vous y laissiez des dents.

par : ANARCAVIAR

Repost 0
Published by ko ko - dans Informations
commenter cet article
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 10:39

Lettre ouverte à Madame Delphine Batho,
ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, pour l’arrêt du projet Cigéo

Madame la Ministre,

Dans votre communiqué du 24 mai vous rappelez le cadre de la loi de 2006, il conviendrait également de rappeler que la loi Bataille de 91 prévoyait au moins trois laboratoires de recherche sur l'enfouissement des déchets radioactifs, en particulier de haute et moyenne activité à vie longue. Il ne reste malheureusement que le site de Bure que la population devrait accepter comme «  la solution de référence  ». Certes les déchets radioactifs à vie longue existent mais pour l’heure l'inventaire n'est pas clos puisqu’il devra tenir compte des choix à venir en matière de politique énergétique, notamment sur la question des combustibles usés (ASN 22 mai 2013).

En 2005 la population s'est exprimée en défaveur du projet de stockage géologique. Une pétition a recueilli 40  000 signatures dans la région, ignorée par la suite.

Alors que le projet est déjà ficelé, les débats publics dits «  démocratiques  » n’ont de raison d’être que l’acceptation et la validation du centre de déchets radioactifs. Le 23 mai à Bure les opposants au projet Cigéo ont exprimé leur désaccord, ils l'ont fait en toute légalité, personne n'a été empêché de rentrer dans la salle des fêtes, ni bousculé, ni insulté, et ce malgré leur colère face à une situation qui leur est imposée. Ils l'ont fait avec les moyens dont ils disposent, un peu de bruit, de la musique, quelques confettis, rien de comparable avec l'argent déversé par l’ANDRA sur les localités.

Nous sommes défavorables au projet Cigéo, et nous demandons le maintien des déchets sur les sites où ils ont été produits ou retraités et qu’on arrête d’en produire. Les industriels sont responsables de ce qu'ils produisent sur le plan financier, éthique (producteurs-pollueurs-payeurs), et ne peuvent se débarrasser de leurs déchets toxiques au détriment de toute une région pour des générations.

En 2000 François Hollande a voté au Conseil Régional du Limousin une motion contre la création d'un laboratoire sur son territoire. Madame la Ministre, nous ne voulons pas de ces castors-là qui sillonnent déjà la France au mépris de la santé des cheminots et de la population et nous disons ni ici ni ailleurs !

A Chaligny, le 9 juin 2013

CACENDR
5 rue du 15 septembre 1944
54320 Maxéville

 

Repost 0
Published by ko ko - dans Informations
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 11:27
Tchernobyl, Fukushima : plus jamais !

Que la catastrophe nucléaire du Japon soit le catalyseur d’une sortie rapide du nucléaire !

Pour certaines et certains d’entre nous qui sommes jeunes et qui écrivons ces lignes, nous n’avons pas vécu directement la catastrophe de Tchernobyl, mais elle nous a convaincu-e-s que cette énergie nucléaire, et la société aliénante qui l’a fait naître, ne sont pas viables.

Ce qui se passe au Japon est effarant. Ce qui serait encore plus effarant, c’est qu’on ne reconnaisse pas le crime contre l’humanité dont il s’agit et qu’on laisse une autre catastrophe nucléaire se produire.

De plus en plus de gens en France ont commencé à être convaincus de l’abomination du nucléaire, parfois en prenant simultanément conscience de la tyrannie insidieuse, mais bien présente, qui fait tenir ce système.

Tout le monde sent qu’on va dans le mur, mais on veut nous faire croire que nous sommes plus heureux en consommant avec nos iPad, nos fours à micro-ondes et nos écrans plasmas.

Et bien osons un peu rêver d’être heureux/euses en arrêtant le nucléaire et la menace permanente qu’il crée. La peur de la catastrophe nucléaire doit dépasser la petite crainte de perte de confort qu’une sortie du nucléaire occasionnerait.

Car il y a beaucoup d’espoir à réinventer d’autres rapports sociaux qu’amènerait la fin de ce monde nucléaire.

Seulement le nucléaire ne tombera pas tout seul. Il faut bien sûr continuer ce long travail d’information qui a été la principale activité des antinucléaires depuis des années. Mais il faut aussi vivre l’alternative (énergétique et sociale) ici et maintenant, une alternative qui fasse envie et qui soit accessible à toutes et tous. Et surtout, il faut porter la confrontation là où elle est nécessaire, contre les tenants du lobby nucléaire.

Fermons des centrales, occupons des laboratoires à Bure ou à Cadarache, déboulonnons des pylônes existants et empêchons ceux en projet de se monter… Manifestons massivement quand l’occasion se présente, bloquons le nucléaire et ses transports, murons EDF et AREVA, entartons les criminels nucléaires de Pellerin à Lauvergeon en passant par leurs complices au sein du pouvoir et des gouvernements.

Travailleurs du nucléaire : éteignez vous-même les réacteurs dans un geste grandiose de défiance envers la démence de cette industrie de mort ! N’ayons pas peur des lois et des tribunaux, notre révolte n’est pas seulement légitime, elle est nécessaire. Que l’État use de SA justice pour tenter de vous, de NOUS freiner, et nous irons ensemble devant les tribunaux réclamer une véritable justice et exiger l’arrêt du nucléaire, nécessité qui l’emporte sur le respect de LEURS lois. Le nucléaire bafoue nos droits les plus élémentaires. Que vaut un état qui a mis ce nucléaire en place et une justice qui le protège comme elle protège les intérêts des puissants et des tyrans ?

Bref, OSONS AGIR car c’est le témoignage le plus fort que nous avons à porter aux victimes, présentes et à venir, du Japon.

 

 

(publié ici : http://nantes.indymedia.org/article/23484)

Repost 0
Published by Stéphie - dans Informations
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 08:19

Caen, Caen, Caen, cancrelats !

2000 ans d'Histoire avec Patrick Gelinet : aujourd'hui,  l'audience du 8 decembre 2010 au tribunal de Caen ou comparaissaient 5 militants et deux militantes du GANVA pour le blocage du convoi castor du 5 novembre dernier !
Ce train transportait des dechets destinés a être stockés puis enfuis en Allemagne
La logique anti enfouissement justifiait d'entraver sa marche. Pas chez nous, pas chez eux (d'ailleurs la bas on fait comme chez nous !)
Cinq personnes s'étaient cadenassées dans des tubes passés sous les voies, retardant le train de plusieurs heures. En coupant les tubes, les policiers brulaient deux personnes au troisième degré, et coupaient deux tendons a la troisième. Pendant qu'ils hurlaient, les CRS leurs répondaient "tu pourras faire le héros devant tes camarades" ou encore "attends, j'ai bientot fini" (citations authentiques).
Quant a la SNCF, elle alignait pour tout remerciement 16 trains annulés (un service en vaut un autre).

 Tout cela nous mène a l'audience du 8 decembre.

 
Le procureur demande suivant les personnes 2 a 3000 euros d'amende, et deux a trois mois de cage avec sursis.
La plainte pour violences volontaires déposée par les militants contre les CRS est clasée sans suite.
AREVA demande un euro de dommage et intérêts a chaque militant en contrepartie de la campagne "anxyogène" menée contre elle.
La SNCF réclame 40 000 euros de dommages et intérêts.
200 personnes étaient présentes dans la rue pour soutenir les militant/e/s
Délibéré rendu fin janvier.
 A retenir qu'il faut s'estimer heureux de ne sortir que blessé d'une action non violente, mettre deux heures de retard a un train mérite au moins de ne plus
 avoir l'usage de sa main.
Justice est faite sur place, le domaine de compétence des CRS s'élargit.
Au moment de défendre devant le tribunal la logique de leur action, les accusés s'entendent répondre :
"N'y a t-il pas confusion entre désobéissance civique et un combat qui ne réussit pas par les voies traditionnelles de la démocratie ? On peut appliquer ce
 raisonnement a la prise du pouvoir par Hitler en 1933, la prise du pouvoir par une minorité"
On atteint là un pinâcle de comparaison malsaine, Hitler étant précisémment arrivé au pouvoir par les voies démocratiques traditionnelles, nommé chancelier
  après que son parti ait fait 43 pour cent aux legislatives suite a une campagne tres agressive.
Continuons pour ce qui est  du "combat qui ne réussit pas par les voies traditionnelles de la démocratie"...
Si tant est qu'on nous ait jamais demandé notre avis en 35 ans, notre lutte a une aspiration démocratique.
60 000 electeurs Meusiens et Haut Marnais ont par exemple signé une demande de référendum local sur la question de l'enfouissement il y a deux ans.
L'écologie gagnant les mentalités, les cartons de pétition sont bel et bien arrivées au centre de tri des ordures ménagères. Ce n'est pas nous qui foutons
 la démocratie a la benne.
Enfin, pour ce qui est de la question de la minorité voulant prendre le pouvoir;
quant la communauté (une "minorité" !) afro américaine avec Luther king mit a genoux par boycott (entre parenthèse, la pratique du boycott vient elle aussi
d'être interdite en France !) la compagnie de bus de Montgomery en Alabama dans laquelle  les noirs ne pouvaient s'assoir qu'au fond, c'est sans doute
 parce qu'avant cela, l'égalité raciale était un combat qui n'avait "pas réussi, par les voies traditionnelles de la démocratie".
Ce n'est qu'ensuite que la Cour suprème declara illégale les mesures ségrégationnistes.
Les blancs avaient un peu tardé a abolir d'eux même l'apartheid dans un cadre parlementaire !
Autant le dire et l'assumer: oui, le cadre parlementaire, comme beaucoup nous n'en attendons pas grand chose.
La faute n'en revient pas a nous mais a ceux qui y siègent.

ANARCAVIAR .

S6000014

Repost 0
Published by KOKO - dans Informations
commenter cet article
20 avril 2010 2 20 /04 /avril /2010 16:13

La maison de résistance à la poubelle nucléaire : BURE ZONE LIBRE

Appel à bénévoles pour cet été à BURE

L’association BURE ZONE LIBRE et le Réseau Sortir du Nucléaire recherche des bénévoles pour participer aux chantiers de la maison de la résistance et plus spécifiquement à la construction d’une salle multi-activités.

 

A partir du 1er Juin 2010, la maison de Bure vous accueille pour construire ensemble l’ossature bois de la salle multi-activités.

Encadrés par un professionnel, nous serons amenés à assembler des éléments bois pour faire sortir de terre un volume aux vocations multiples et militantes.

Autour de ce chantier principal, de nombreux autres ateliers permettront à chacun, selon ses possibilités, de s’initier ou d’approfondir ses connaissances en maçonnerie, taille de pierre, menuiserie, maraîchage…

Bref au programme de la sueur, de la poussière, de la bonne humeur, des rencontres et des longues soirées à refaire le monde !

Pour nous contacter :

Contact BURE Zone Libre à la maison de BURE au 03.29.45.41.77 par mail : leherissonvengeur@gmail.com

Ou manuel.rapp@wanadoo.fr

appel à bénévoles

Repost 0
Published by ko ko - dans Informations
commenter cet article

Catégories